DOCTORAT

Le sujet de la thèse :

Concevoir la ville nouvelle aux États-Unis (1960 – 2000). Une enquête sur les circulations internationales des modèles urbains, architecturaux et paysagers : L’exemple de Columbia et Reston.

La thèse de doctorat propose un nouveau regard sur la ville nouvelle de la seconde moitié du XXe siècle à nos jours au travers des aspects théoriques, politiques et architecturaux qui l’ont façonnée. 

J’explore comment les « modèles » se déplacent d’un pays à l’autre, d’une culture à l’autre et comment ils sont accueillis, modifiés et adaptés. L’objectif de cette thèse est de faire la lumière sur les réseaux internationaux, sur les échanges et les dynamiques professionnels et comment ils sont introduits dans ses nouveaux programmes urbains.. 

Je revisite les villes nouvelles, étudiées au prisme des transferts de modèles urbains, dans une perspective transculturelle l’histoire de la formation des villes nouvelles américaines et européennes et notamment françaises. Je tente de donner une nouvelle approche de la formation, de l’évolution morphologique et urbaine de la ville et d’expliquer leur évolution urbaine autour de nouveaux paradigmes urbains. 

Dans le cadre de cette recherche transnationale dans la mise en œuvre de villes nouvelles aux États-Unis et en Europe, j’étudie principalement plusieurs cas situés de part et d’autre de l’Atlantique. Le cas de deux New Communities américaines : Reston, située dans l’État de Virginie et fondée par Robert E. Simon en 1961 et Columbia située dans l’État du Maryland et fondée par James W. Rouse en 1964. Puis Cergy-Pontoise située dans le département de l’Oise en France et un cas en Finlande à Tapiola, petite ville nouvelle fondée par Hei